Written by 21h24 Comment faire ?, Compta/gestion

Comment financer son commerce ?

Ouvrir son commerce est un challenge de taille, car cela implique de penser à de nombreuses choses. En outre, un tel projet suppose d’acheter tous les matériels nécessaires, la marchandise et le stock, de trouver un local (location ou achat), etc. 

L’entrepreneur est donc confronté à un réel besoin d’investissement et doit donc trouver des solutions de financement. Les apports personnels, s’ils sont les plus fréquents, ne sont pas la seule option. Aides financières, emprunts bancaires, crowdfunding, etc., les sources pour financer son projet sont plurielles et souvent méconnuesn et chacune vient avec son lot de formalités

Faisons un tour d’horizon des différentes possibilités.

Financer son commerce : l’apport personnel

L’apport personnel à la création de la société est l’une des méthodes de financement les plus courantes. C’est aussi la plus simple à mettre en œuvre. Cet apport permet de financer tout ou partie du projet. Le cas échéant, il peut également s’avérer indispensable pour obtenir un prêt bancaire.

Inscrit au capital social de l’entreprise, il crédibilise l’activité auprès des futurs bailleurs, fournisseurs et partenaires.

Il est également possible de solliciter ses proches afin qu’ils prêtent de l’argent à l’entrepreneur afin de consolider son apport personnel. Mais il leur est aussi possible de déclarer cette participation financière afin de bénéficier d’un avantage fiscal (Madelin ou IR-PME) en contrepartie de leur investissement dans la création d’une TPE/PME. L’abattement fiscal est de 18 % du montant investi. 

Financer son commerce : le crédit bancaire

Nous ne nous attarderons pas sur le crédit bancaire, solution des plus connues par les particuliers et les professionnels. Il permet de couvrir différents besoins, comme l’achat de matériels et de machines, l’acquisition de locaux et de bénéficier d’une trésorerie de départ (fonds de roulement). C’est souvent plus facile quand il s’agit de créer son stock, typiquement ce qu’une boutique de vêtements pourrait faire.

Financer son commerce : les aides et les subventions publiques

Une des aides incontournables dans la création ou la reprise d’activité est l’ACRE (anciennement ACCRE) sous réserve de ne pas dépasser 40 000 € de chiffre d’affaires la première année d’activité. Cette aide est automatique, aucune demande n’est à effectuer. Elle permet de bénéficier de l’exonération de certaines cotisations sociales pendant une période de 12 mois, 24 mois pour les micro-entrepreneurs qui font une demande de prolongation.

D’autres aides et subventions peuvent être octroyées par l’État, les collectivités (région, département, mairie, etc.) ou par des organismes indépendants : prêts à moyen ou à long terme ou de prêts d’honneur sans garantie, sans caution et sans intérêt, aides fiscales, cautionnement, aides spécifiques pour les femmes entrepreneurs ou pour les jeunes, crédit d’impôt (crédit impôt recherche, crédit innovation, etc.) subventions de l’Union européenne, etc.

Financer son commerce : le crowdfunding

Enfin, il existe une solution de plus en plus en vogue : le crowdfunding ou financement participatif. Le principe consiste à lever des fonds sur internet via une plateforme de crowdfunding.

L’avantage du crowdfunding est qu’il permet à l’entrepreneur d’avoir une idée sur la réception de son projet auprès du public (ou clients potentiels). Plus il a de contributeurs, et plus l’offre semble susciter l’intérêt.

Bon à savoir : le crowdfunding peut prendre différentes formes : le don, le prêt et l’investissement.

(Visited 18 times, 1 visits today)
Close